Louis XV

LOUIS XV

Jusqu’à la fin du XVIIe siècle, les vins de Champagne, comme tous les vins ne pouvaient être tirés qu’en tonneaux, on vendangeait tôt, on vinifiait vite, on n’en était pas encore au vin mousseux. Au cours du printemps suivant la vendange, les levures sorties de leur torpeur hivernale développaient les prémices de la prise de mousse, mais la majorité du gaz s’échappait à travers la porosité du bois.
C’est alors que par l’Arrêt du 25 Mai 1728, Louis XV marqua l’histoire vinicole de la France offrant à la Champagne son plus précieux joyau, l’Acte de naissance du champagne : « Sa majesté voulant […] favoriser le commerce et le transport du vin de champagne gris […] permet […] de faire arriver en bouteilles dans les provinces de Normandie […] du vin de champagne gris pour la consommation des habitants […] et interdit d’y faire entrer en bouteilles des vins d’aucune autre qualité ». Louis XV autorisa uniquement aux vins de champagne d’être commercialisés et transportés en bouteilles transformant alors ce qui n’était qu’une légende grandissante en véritable phénomène de société. La prise de mousse put enfin avoir lieu en bouteille : le champagne était né.

La finesse de ses bulles et l’harmonie de leur cordon exaltent sa couleur aux éclats brûlants d’or jaune. Le nez subtil et voluptueux, affranchi des conventions, laisse présager un vin où l’art du chef de cave rencontre le savoir-faire du temps. – Royal, élégant et sophistiqué –

En bouche, il dévoile un paradoxe d’arômes fins et intenses, francs et chatoyants, frais et évolués. Laissant apparaître un aspect charnu, le Bien-Aimé développe des arômes vanillés caractéristiques du millésime 1995.

retour